8-1

Dans un article précédent, je présentais l’idée, soutenue notamment par le sociologue Christopher Partridge, suivant laquelle il existerait dans notre culture contemporaine un phénomène de dissémination, d’influence croissante et de recomposition continue d' »idées spirituelles, ésotériques, paranormales ou conspirationnistes », qu’il a choisi de nommer « occulture », reprenant un néologisme forgé par l' »ésoterroriste » Genesis P’orridge, et qui tend à les intégrer à la culture dominante et à les rendre plus acceptables.

Les récentes élections américaines, entre autres caractéristiques uniques, offrent plusieurs exemples de ce qui s’apparente à une irruption d’idées et de discours explicitement occulturels dans l’opinion mainstream.

Petite liste non exhaustive:

  1. Le « satanisme » présumé de la candidate démocrate:

Alors que beaucoup pensaient que le phénomène des « paniques sataniques » était mort et enterré, un mauvais souvenir des années 1980, pas moins de deux d’entre elles ont fortement alimenté la rhétorique des électeurs républicains, dans les semaines qui ont précédé l’élection:

  • Le #spiritcooking:

Cette affaire est l’un des nombreux dommages collatéraux de la divulgation par Wikileaks de correspondances privées du camp démocrate.

John Podesta, ancien chef de cabinet de Clinton et conseiller d’Obama, a été victime d’un hameçonnage de son compte Gmail en octobre 2016. Un certain nombre des communications divulguées ont fait polémiques (il a ainsi été accusé de mettre en oeuvre l’infiltration de l’Eglise catholique par un groupe progressiste afin de promouvoir un « Printemps Catholique »). Mais le mail qui nous intéresse plus particulièrement ici consiste en une conversation informelle entre son frère et l’artiste Marina Abramovič:

john-podesta-spirit-cooking-email-from-wikileaks_1024x1024

Marina Abramovič est une artiste serbe qui se réclame du courant de l' »art corporel », et qui a entre autres travaillé avec Lady Gaga. N’hésitant pas à se mettre en danger physiquement dans le cadre de son activité artistique, et connue pour plusieurs oeuvres violentes et perturbantes, elle a fait l’objet de plusieurs controverses. Selon Wikipédia:

« Elle a été accusée de satanisme, notamment pour sa performance Devils Heaven (le paradis du Diable), lors d’une soirée caritative au profit du Robert Wilson’s Watermill Center, le 22 juillet 20136. Depuis les années 1990, ses Spirit Cooking dinner évoquent des repas cannibales, comme en juin 2015, où une poupée en gâteau baignant dans une sauce rouge est mangée par les convives. »

« Spirit Cooking » fait également référence à un livre de recettes qu’elle a publié en 1996, intitulé Spirit Cooking with Essential Aphrodisiac Recipes, comme additif à ses séances d’art-performance.

« During her performances, Abramovic reportedly used pig blood to draw symbols and write her “recipes,” which are admittedly unusual.

As reported by TrueFreeThinker.com, the “ingredients” for Marina’s recipes include bodily fluids such as breast milk, semen, and urine. They also seem to encourage forms of self-harm and mutilation.

Due to the unusual nature of the performances and the recipe book, Abramovic’s work was criticized as being satanic. However, as reported by The Museum of Modern Art, the performances and recipe book were not meant to be taken literally. Instead, they were meant to “serve as evocative instructions for actions or thoughts.

In a recent interview with ArtNews, Marina Abramovic confirmed Spirit Cooking “is really more about spirituality and not anything else.” She also explained that the dinner she referred to in the emails had nothing to do with her 1990s Spirit Cooking performances.” (« Pizzagate, Marina Abramovic and Spirit Cooking explained », Inquisitr, 1/12/2016)

L’allusion au « spirit cooking » dans le mail était vraisemblablement une plaisanterie, en forme de clin d’oeil. Dans le contexte explosif des élections américaines, beaucoup d’américains ont voulu y voir quelque chose de beaucoup plus sinistre. Le fait que le frère de Podesta corresponde personnellement avec elle, et la mention du « Spirit Cooking » dans le corps du mail, a donc été présenté, lors de sa divulgation, comme une preuve que les proches de la candidate démocrate s’adonnent secrètement à des rituels satanique:

Selon le sociologue italien, catholique traditionaliste et spécialiste des nouveaux mouvements religieux Massimo Introvigne, qui vient de publier une monumentale histoire sociale du satanisme, les accusations portées contre Marina Abramovič sont « ridicules »:

« Abramovič is, first of all, an artist, and artists are often about provocation. Surely she wants to challenge the Christian establishment, particularly because a part of this same Christian establishment attacks the New Age spirituality she is a part of as satanic. (…)Abramovič’s spirituality can be classified within the New Age versions of Western esotericism, where different schools and techniques are put together with a sort of esoteric syncretism. But none of these can be even remotely connected to Satanism, and in fact the Abramovič Method is about healing techniques aimed at mobilizing what is positive and luminous in your life and in the Earth’s energies. »

  • Le #pizzagate:

Les soupçons de satanisme portés contre Podesta ne se sont pas limités au contenu de ce mail.

Le 30 octobre 2016, un compte twitter qui se présente comme celui d’un avocat juif new-yorkais (mais qui émane beaucoup plus probablement d’un suprémaciste blanc) poste une capture d’écran d’un statut facebook. Celui-ci fait état du démantèlement imminent d’un réseau pédophile qui impliquerait directement Hilary Clinton:

sub-buzz-5512-1478259424-1

Des internautes des sites 4chan, reddit et de divers blogs d’extrême-droite ne tardent à pas à broder sur cette rumeur, et à l’enjoliver d’autres « témoignages » sur les liens allégués entre le clan Clinton et des réseaux pédophiles.

Ils scrutent à nouveau les mails de Podesta divulgués par Wikileaks, et s’intéressent rapidement à des échanges entre celui-ci et James Alefantis, le gérant de la pizzeria Comet Ping-Pong. Certains croient voir dans des conversations anonymes des codes renvoyant au trafic sexuel d’enfants:

sub-buzz-19406-1478282147-25

La carte des menus est également suspectée de comporter des symboles pédophiles:

comet-ping-pong-1

Ces théories, colportées sur twitter à l’aide du hashtag #pizzagate, se répandent comme une trainée de poudre, y compris à l’international. Le gérant et les employés de la pizzeria sont pris à parti très violemment sur les réseaux sociaux et menacés de mort.

La presse et les forces de l’ordre debunkent largement cette théorie du complot, qui continue pourtant, à ce jour, à imprégner très fortement l’imaginaire de nombreux républicains.

Elle a failli très très mal tourner. Le 4 décembre 2016, un théoricien du complot s’est rendu fusil d’assaut en main à la pizzeria afin d’en avoir le coeur net. Heureusement, il a pu être arrêté sans faire de victimes.

S’il y a sans doute derrière ces rumeurs de rituels sataniques et de réseaux pédophiles une bonne dose de manipulations politiques plus ou moins délibérées, elles ne suffisent pas à expliquer, à elles-seules, leur extraordinaire succès, et l’extrême malléabilité d’une partie de l’opinion.

Au delà des crimes qu’elles prétendent dénoncer, et des dangers qu’elles prétendent combattre, elles livrent clés en mains un monde plus mystérieux, plus dense et surtout plus enchanté que notre réalité quotidienne, où des figures politiques bien connues dissimulent de sombres secrets, où des activistes armés de leur simple clavier peuvent faire tomber les puissants, et où le texte ou le symbole en apparence le plus banal fait signe vers une réalité beaucoup plus fondamentale et menaçante. Tels les philosophes hermétistes de la Renaissance déchiffrant le « Livre de la Nature », quoiqu’avec bien moins d’érudition, ces internautes scrutent l’actualité exotérique pour y découvrir des correspondances avec un monde beaucoup plus surnaturel et cohérent, et où, surtout, leurs actions et leur vie comptent davantage. Compte tenu des allusions fréquentes de certains d’entre eux à la pilule rouge de Matrix, à des expérience de parapsychologie telles que le trop célèbre projet MK-Ultra, ou encore à des épisodes plus ou moins bien compris de l’histoire de l’ésotérisme, je ne crois pas qu’il s’agisse d’une licence littéraire de ma part. Leurs subjectivités sont sur des points importants informées et structurées par des thématiques empruntées à l’occultisme, via des oeuvres de fiction, des blogs de militants radicaux, destémoignages d’occultistes repentis ou toujours en activité, réels ou prétendus, des articles de presse à sensation etc.

2. L’essor du Temple Satanique, et le retour d’une occulture de gauche:

J’ai mentionné dans plusieurs de mes précédents billets le Temple Satanique (dont je suis d’ailleurs devenu membre). Cette organisation, née en 2013, et ouvertement sataniste, s’est faite la championne de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, et de la lutte politique contre la droite chrétienne. Plusieurs opérations très médiatisées ont fait d’elle en quelques années l’une des organisations sataniques les plus importantes numériquement, sinon la plus importante, de l’Histoire.

En novembre 2016, juste après l’élection de Donald Trump, le nombre d’adhérents explose:

« The Satanic Temple attracted « thousands » of new members in just the first 36 hours after the election of Donald Trump, according to co-founder Lucien Greaves. The 4-year-old temple, which had a pre-Trump membership of around 50,000, has never before seen a spike in registration nearly this big.

« It’s crazy, » Greaves said after a speech in front of some adoring fans at CU-Boulder. The emails, registrations, donations and social media posts are pouring in faster than the temple can respond. « People have a desperate need for something to rally to right now. » (« Membership in satanic churches soars in Trump’s America« , Reilly Capps, The Rooster, 11/11/2016)

Il paraitra peut-être étrange à certains que je considère cet essor comme lié à l’occulture, étant donné le discours, très rationaliste et critique envers les « pseudo-sciences », du Temple Satanique.

Si la plupart des membres sont athées et rationalistes, le Temple a également attiré toute une population occultiste et néo-païenne située politiquement à gauche, ou tout du moins soucieuse d’un plus grand engagement politique et de plus de visibilité en faveur des minorités sexuelles, religieuses etc. Si on lit un tant soit peu les forums, les blogs ou les réseaux sociaux de membres, on constate que nombre d’entre eux ont un passé dans la Wicca, dans l’Ordo Templi Orientis, ou d’autres organisations explicitement occultes, ou en sont encore membres, ou sont ou ont été membres d’autres organisations satanistes (Eglise de Satan, même si y rester en s’affichant comme un membre du Temple Satanique est un très sûr moyen de se faire virer séance tenante, The Sect of the Horned God, The Assembly of the Light Bearers etc.). Dans un article déjà ancien, Lucien Greaves, interrogé sur ce sujet, manifestait une attitude globalement tolérante.

« If some of our membership subscribe to ideas of ethereal forces, we don’t feel we have anything to say about that so long as it doesn’t conflict with one’s ability to consider the best available scientific and empirical evidence regarding any given subject. Such beliefs, like all beliefs, should be approached with reasonable agnosticism, but one should not pretend that a failure to know anything with 100% certainty means that equal probability can be assigned to every proposition. « 

Avec pour conséquence que des athées  du type « nouvel athéisme », des néo-païens et des occultistes luttent côte à côte contre l’ennemi commun représenté par la droite chrétienne, et s’efforce de dialoguer et de construire une position commune. Il sera intéressant dans quelques années de voir si cela a occasionné des transferts et des hybridisations idéologiques significatifs.

Par ailleurs, la symbolique du Temple emprunte de manière parfois très explicite à l’occultisme. La statue de Baphomet qui a tant contribué à sa célébrité reprend très clairement la description (et l’illustration) du Bouc de Mendès dans Dogmes et Rituels de la Haute Magie d’Eliphas Levi (moins l’androgynie malheureusement édulcorée). Et les « invocations publiques » et les »rituels » et les « messes sataniques » par lesquels le Temple Satanique exprime publiquement son militantisme, si des satanistes d’autres organisations lui reprochent péridiquement de réduire la magie à de l’art performance, constituent néanmoins une forme de banalisation et de « mainstreamisation » de pratiques et de symboles jusque là réservés à des cercles occulturels extrêmement restreints et à des oeuvres de fictions.

3. L' »alt-right » et la « meme magic« :

cwodk_sviaat88y
Un exemple de meme « alt-right » sur reddit, qui pose bien l’ambiance, si je puis dire.

Chez certains électeurs de Trump aussi, quoique de manière très différente, des discours et des pratiques empruntés à l’occultisme se banalisent également.

La manière dont l’extrême-droite américaine, « l’alt-right« , s’est approprié la Grenouille de bande dessinée Pepe the Frog, au grand chagrin de son créateur, est bien connue. Ainsi que les nombreux mèmes pro-Trump dont cette grenouille est devenue le « héros », et qui ont été diffusés massivement sur les réseaux sociaux. Ce qui est peut-être moins connu, c’est qu’une partie de la frange occulturelle a développé à partir de ces mèmes une religion et une pratique magique, dans laquelle elle n’hésite pas à voir la clé de la victoire de Trump (et du brexit).

« I’ve been observing [this phenomena] first hand for quite some time now, » Ferréol told me. « And I’m fascinated at the way internet folklore is turning into something new—not exactly activism, not exactly religion, but something close to a new form of magic and animism in an era when communities have transformed into tribes. And they are savage, creative and, as we now know, really powerful, » he added, referring to the online communities where Pepe is literally considered a god.

Ferréol is detailing what he calls « memetic warfare. » The technique involves charging a symbol, which will then act as a proxy for a clandestine plan. In occult tradition, this is known as chaos magic. The image could be something as abstract as a hieroglyphic doodle, which a group decides will bring them, say, jobs or food or spouses. The image just has to be widely seen, even subliminally, so that it can seed the minds of the larger population and bring about real world results. (If you think this sounds a bit like hypnotism, you’re right.)

In the case of Trump’s victory, though, the supposedly responsible image is Pepe, who’s widely seen on social media. This is a new era of chaos magic, fueled by viral sharing: enter the world of meme magic. According to this occult online army, Trump is set to be sworn in as the 45th President of the United States thanks to their viral efforts. Not the economy. Not voter psychology. Not Paul Horner, purveyor of fake Trump news. But a frog meme. » (« Trump’s Occult Online Supporters Believe ‘Meme Magic’ Got Him Elected« , Paul Spencer, Motherboard, 18/11/2016)

Pour comprendre le raisonnement qui a pu conduire ces activistes à une telle conception de leurs activités mèmétiques, il convient de se faire une idée un tant soit peu précise du courant occultiste auquel ils empruntent leur paradigme ésotérique: la magie du chaos.

Inspirée par l’oeuvre de l’occultiste Austin Osman Spare (1886-1956) la magie du chaos est apparue à la fin des années 1970. Le terme apparait pour la première fois en 1978, dans le Liber Null de Peter J. Caroll, qui fonde la même année avec Ray Sherwin les Illuminés de Thanateros, une société occulte qui s’appuie sur les principes de cette magie nouvelle.

Selon Peter J. Caroll:

« Dans la Chaos Magic, les croyances ne sont pas perçues comme une fin en soi, mais comme des outils permettant d’obtenir l’accomplissement de ses désirs. Pour le réaliser pleinement, il faut accepter cette terrible liberté : « Rien n’est vrai et Tout est permis », ce qui signifie que tout est possible, qu’il n’existe aucune certitude; les conséquences de ce principe peuvent s’avérer monstrueuses, et le rire est peut-être la seule défense contre cette idée qu’il n’existe même pas de réalité en tant que telle.

L’un des principes rituéliques (sic) de la Chaos est de créer des croyances et d’agir comme si celles-ci étaient vraies, en trichant avec ses convictions, jusqu’à ce que ces croyances vous livrent leur pouvoir. Ensuite, si vous êtes sensés, vous en rirez et, emportés par le Chaos, chercherez d’autres croyances adaptées à ce que vous voulez obtenir.

Le Chaoïsme proclame ainsi la Mort et la Renaissance des Dieux. Notre créativité subconsciente  et nos capacités psychiques sont aptes à créer ou détruire toute divinité, tout « moi », tout démon et plus largement toute entité spirituelle que nous pouvons choisir à notre guise d’investir ou de délaisser. »(Chaos Compendium: la magie des Illuminés de Thanateros, anthologie compilée et traduite par Soror D. S. et Spartakus FreeMan, Camion Noir 2010, p.23)

L’une des pratiques magiques les plus célèbres de la magie du chaos, qu’elle a directement empruntée à Spare, est l’utilisation des « sigils« :

« Le principe de la sigillisation, tel que présenté dans l’oeuvre de Spare, peut se résumer en quelques mots : il s’agit d’inscrire une intention magique dans un glyphe, un dessein ou un son. Une fois élaboré, celui-ci sera activé, avant d’être oublié. […]

Les sigils personnels peuvent être mis en oeuvre pour obtenir toutes sortes de résultats : trouver des solutions à des problèmes concrets, argent, amour, réussite professionnelle, mais également entreprendre l’exploration de sa psyché, se débarrasser de mauvaises habitudes, déclencher des rêves prémonitoires, progresser dans tel ou tel domaine… Les applications n’ont de limite que l’imagination du praticien. » (Soror D. S. et Spartakus FreeMan, Les Sigils: la magie du XXIème siècle, Bussière 2010, P. 9)

Il n’est pas question pour moi de suggérer que magiciens du chaos = militants d’extrême-droite, même si divers exemples existent. La magie du chaos a par ailleurs été, entre autres praticiens célèbres,  fortement popularisée par deux icones du comic book : Alan Moore (Watchmen, V pour Vendetta etc.), et Grant Morrison (The Invisibles était d’ailleurs explicitement conçue par son auteur, à la fois comme une série de bande dessinée et comme un sigil).

Il est cependant clair que la « meme magic » (ou « magick », si l’on adopte l’orthographe proposée par Aleister Crowley pour distinguer la magie des occultistes de celle des prestidigitateurs) importe directement de nombreux éléments de la magie du chaos: sigils (les mèmes fonctionnent clairement comme tels), individualisation extrême de la pratique magique et refus de cadres religieux ou organisationnels rigides, et confusion délibérée de la fiction et de la réalité, jusqu’à inventer une nouvelle religion.

 

f5c

« The Cult of Kek, also known as the Church of Kek, is a satirical religion based around the worship of the ancient Egyptian deity Kek[4] (also spelled Kuk or Keku), an androgynous God of darkness and chaos who is often depicted as a frog or frog-headed man in male form or a snake-headed woman in female form. On 4chan, the character Pepe the Frog is often considered a modern avatar of the diety, who uses ancient Egyptian meme magic to influence the world, often by fulfilling the wishes of posts that end in repeating numbers. » (Knowyourmeme)

Ce développement rappelle fortement le discordianisme, une religion satirique fondée fondée en 1963 par Greg Hill et Kerry Wendell Thornley, qui ont fini par se persuader, aussi surprenant que cela puisse paraitre, de la véracité de leur propre invention. Les liens idéologiques entre discordianisme et magie du chaos sont par ailleurs avérés.

 

4e2

Si je suis très sceptique quant à l’efficacité de la magie du chaos, et plus encore quant à celle de la magie mèmétique, il me semble important de souligner que dans le débat actuel sur les « fake news« , les « faits alternatifs » et la « post vérité », ce serait faire un bien mauvais pari sur l’avenir que de reléguer ces magiciens  internautes autoproclamés dans l’oubli ou le ridicule. Beaucoup de médias semblent, depuis les événements de 2016, avoir développé une conscience très aigüe des dangers soulevés par les fausses actualités, et s’efforcent de développer des outils pour permettre aux lecteurs de distinguer plus facilement le vrai du faux (le désormais fameux « decodex », par exemple). C’est très louable. Et certainement, un certain nombre des électeurs de Trump se sont laissés sincèrement abusés par des informations qu’ils ont crues vraies, et, espérons, peuvent un jour ou l’autre être convaincus par des faits établis.

Mais selon moi, cette « meme magic » est l’un des premiers symptômes de l’émergence d’un genre nouveau d’activistes, qui réfutent dans son principe même la distinction entre vrai et faux, illusion et vérité, réalité et fiction, et se croient capables de créer magiquement une vérité conforme à leur désir, si celle qui semble s’imposer à eux ne leur convient pas. Et se moquent donc bien de savoir si ce qu’ils présentent comme réel s’appuie ou non sur des faits objectifs (j’ai vu sur FB quelques magiciens du chaos version alt right citer à ce propos le « rien n’est vrai, tout est permis de P. J. Carroll en ce sens). Et des conséquences, le chaos apparaissant à certains comme une fin en soi.

bc3

Je n’ai pas les connaissances suffisantes pour déterminer la portée et l’influence réelle de cette frange de l’extrême-droite américaine, mais si marginale qu’elle reste sans doute pour l’instant, l’année 2016 nous a enseigné combien il fallait se méfier des probabilités rassurantes, et combien tout pouvait arriver. Compte tenu des conséquences qu’un développement à large échelle de ce type de points de vue pourrait avoir sur la vie démocratique, il me parait bon d’arrêter de considérer l’ésotérisme comme un sujet marginal.

Ce qui éviterait de considérer un auteur ésotérique aussi infuent, quoique condamnable, que Julius Evola comme un quasi inconnu, ou de passer à côté d’une vraie compréhension (qui n’implique pas nécessairement une adhésion) de la magie sexuelle et du thélémisme à force de mérpis, de dérision et de superficialité. Mais je m’emporte. Comme le montre ce parcours, l’occulture existe aussi bien à gauche qu’à droite, et je ne pense pas qu’il existe une fatalité politique quand à la prolifération de thèses occultistes, mais, si répugnantes ou étranges qu’elles paraissent, au moins pour certaines, à nos esprits rationalistes, elles peuvent, même dans l’erreur, avoir des effets politiques, sociaux et culturels très très réels et subtils, pas forcément mais parfois néfastes socialement,dont il importe de prendre conscience.